Qatar

Dernière mise à jour : 17 décembre 2019

L’État du Qatar comprend une péninsule dans le golfe Arabique, dont l’accès est entièrement bordé par l’Arabie Saoudite. La capitale, Doha, est située à l’est du pays, directement sur la mer. L’État compte environ 2,4 millions d’habitants – dont près de 90 % ne sont pas des habitants locaux – et est légèrement plus petit que le Schleswig-Holstein.

Son Altesse Cheikh Tamim bin Hamad Al-Thani dirige le pays en tant que chef d’État et du gouvernement depuis 2013, date à laquelle son père a abdiqué en sa faveur. Son Altesse Cheikh Hamad bin Khalifa a été à l’origine de l’ouverture économique et politique du pays. En 1999, le Qatar est devenu le premier pays de la région du Golfe à accorder aux femmes un droit de vote actif et passif au niveau local. Depuis 2003, le Qatar dispose d’une nouvelle constitution qui prévoit une assemblée consultative.

D’un pays dont l’économie était dominée par la pêche et la plongée perlière, le Qatar s’est rapidement transformé en un site industriel depuis son indépendance en 1971. Le secteur industriel a contribué à environ 50,3 % du PIB en 2017, principalement grâce aux revenus de l’industrie des huiles minérales. Entre 1994 et 2017, la part du Qatar dans la production pétrolière a triplé dans le cadre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), pour atteindre environ 5 %. Néanmoins, le Qatar a annoncé son retrait de l’OPEP à la fin de 2018.

Le Qatar s’oriente déjà davantage vers le marché du gaz, car il possède les troisièmes plus grandes réserves de gaz naturel au monde et a été le plus grand exportateur de gaz naturel liquéfié (GNL) ces dernières années. Il existe également une production florissante d’engrais et une industrie de l’aluminium.

Le leadership du Qatar se concentre désormais de plus en plus sur la diversification de son économie. Le programme d’infrastructure Vision Qatar 2030 a été mis en œuvre dans le contexte de la Coupe du monde de 2022. Il représente la transition vers une société fondée sur la connaissance. Une importance particulière est accordée au domaine des services financiers. En outre, le fonds souverain Qatar Investment Authority (QIA) – l’un des plus importants au monde – investit massivement dans des valeurs mondiales telles que la Barclays Bank, le Crédit Suisse, la Deutsche Bank, Hapag Lloyd, l’aéroport d’Heathrow et Volkswagen. Selon l’indice Ease of Doing Business-Index de la Banque mondiale, le Qatar se classe au deuxième rang mondial en termes de taxes et de climat fiscal. La protection de l’environnement jouit également d’un poids politique croissant au Qatar grâce à la création d’un ministère de l’environnement et d’un plan national pour l’environnement.

Selon l’étude Doing Business 2020 publiée par la Banque mondiale, le climat des affaires au Qatar s’améliore régulièrement. Il convient de noter en particulier l’accès plus facile à l’électricité et les procédures d’enregistrement des sociétés adaptées.

La nécessité d’impliquer les partenaires majoritaires locaux dans la création d’entreprises a été affaiblie ces dernières années. Un tel partenaire n’est plus indispensable dans les domaines de l’éducation, de la santé, de l’industrie, de l’agriculture et du tourisme ainsi que pour les projets liés aux ressources minérales et à l’énergie. Dans d’autres domaines tels que les services de conseil, l’informatique, le sport et le tourisme, une participation étrangère de cent pence a récemment été approuvée. Les investissements directs doivent également être facilités par le fait que l’impôt sur les sociétés pour les sociétés étrangères est toujours de dix pour cent.